Histoires de moulins

Saint-Denis-De-Gastines au temps des moulins...

Le moulin a évolué considérablement durant le Moyen Âge. En effet, dès cette période et très nettement à partir du XIIe siècle, on assiste en Europe à une multiplication des moulins à eau. Ces derniers sont utilisés à des fonctions de plus en plus diversifiées et la variété des aménagements hydrauliques qui leur sont associés ne cesse de croître. Les meules actionnées par la force de l'eau moue principalement le blé. Avec l’usage de plus en plus courant de l’arbre à cames qui transforme le mouvement rotatif en alternatif aboutit à la diffusion des moulins qui pilent et martèlent, ils sont équipés de roues horizontales, plus couramment verticales (recevant l’eau au-dessous ou au-dessus). Tous sont installés sur la berge d’un bief ou d’un cours d’eau.


Plan Cassini ( date du relevé 1755 - 1761)

Sur notre commune durant le 18ème siècle (le siècle des lumières), on dénombre plus de vingt-cinq moulins au activité diverses. On trouvait des moulins à foulons dans lesquels on teillait le chanvre et le lin pour en faire du fil textile, des moulins actionnant les métiers à tisser des draperies, des moulins à tan où l'on broyait l'écorce de chêne (le tan) avant de l'utiliser en tannerie pour le tannage des cuirs, des moulins à papier, des moulins qui faisaient fonctionner les machines des scieries et des forge

Au 19ème siècle, on retrouve principalement 6 moulins en activités pour la meunerie, la Messendière, La Sensive, le Bois Berranger, Gastines, le Rocher, et Fumeçon (Fumesson écrit à l'époque) ces derniers produisaient une quantité importante de farine, le pain étant la base de l'alimentation de l'époque, avec une consommation journalière de 900 g par habitant. Le mécanisme des moulins était entraîné par une roue à aubes en bois, elle-même entraîné par l'eau d'une rivière. Un réceptacle en bois en forme de grande gouttière canalisait l'eau au-dessus des aubes et l'ouverture de la vanne de l'écluse permettait de régler la vitesse de rotation. Les meules en pierre, l'ensemble comportait une meule fixe et une mobile, étaient battues tous les quinze jours à l'aide de marteaux à pierre en acier et le cœur de la meule bouchardé. En général on attendait quatre jours après l'affûtage avant de moudre le blé noir assez courant à l'époque; Dans l'intervalle il était préférable de moudre du blé. Le réglage de la finesse de la mouture se faisait à l'aide d'une vis déterminant la hauteur de la meule mobile. (Photo 1 & 2 )Moulin de Fumeçon (1900)

Lire la suite: Histoire des moulins de Saint Denis de Gastines

Dès le 17ème siècle, trois moulins à Brecé sont identifiés sur la carte de Cassini, le moulin de Brecé près du Pont à Bouty, le moulin de Favière, et le moulin du Parc sur le ruisseau du Parc et des Messendières en limite de la commune de Saint Denis de Gastines.
Lors du 17ème siècles la noblesse et le clergé détiennent une grande partie de la terre. Les paysans, métayers, laboureurs restent largement encadrés par les seigneurs, membre de la noblesse ou du clergé. Celui-ci garde une partie des terres et concède le reste à des paysans.



A l’encontre du monde paysan, les meuniers bénéficient d’une large indépendance, ils signent des baux « d’exploitation » avec les seigneurs d’une durée définie, très souvent ces actes sont effectifs à la Saint Georges (le 23 avril). De ce faite les familles de meuniers se déplacent à des distances parfois importantes dans les différents moulins du territoire du Nord Mayenne (Le Haut Maine).

Une histoire de familles

Sur l’ensemble des actes des registres paroissiaux de la commune de Brecé (1600 – 1695), très peu d’informations sur les moulins sont indiqués (mentions dans les actes), malgré cela, il a pu être identifié un certain nombre de meuniers sur cette période.

Le moulin de Brecé a pu être attesté dès 1651. Le moulin du Parc est un bâtiment situé sur un petit cours d’eau et il utilisait un barrage pour l’alimenter (indiqué sur la carte Casini). Le moulin de Favière dispose de nombreuses sources pour retracer son histoire et à travers celle-ci, les dynasties des familles de meuniers jusqu’à la révolution française.

 

Lire la suite: Histoire des moulins de Brecé - Famille Goussin

Guillaume Goussin décédé le 16 février 1672 à Couesmes-Vaucé est le père d'une longue lignée et de nombreuses générations de meuniers implantées dans le Nord-Ouest de la Mayenne durant près de 4 siècles, la famille GOUSSIN a ainsi marqué son empreinte notre commune de Saint Denis de Gastines, ainsi que des communes limitrophes (tel que les communes de Brecé - Colombiers du Plessis - Carelles - Ernée Montaudin - Saint Berthevin la Tannière).

Acte de Décès de Guillaume Goussin- 1672 - Acte de Naissance de Jean Goussin (Le Jeune) 1672

Cliquez sur les images pour les agrandir

Lire la suite: Guillaume Goussin - Meunier -
17 ème siècle
Jean L'Aîné GOUSSIN Jean le Jeune GOUSSIN

Né avant 1661 - Brecé
Décédé le 27 juin 1706 - Saint Denis de Gastines
Marié le 20 novembre 1681, Saint Denis de Gastines avec Michelle DELALANDE (1658-1734)


Meunier au Moulin du Parcq (Brecé)
moulin de la Messandière (Saint Denis de Gastines)

Né le 9 février 1685 - Saint Denis de Gastines
Décédé le 1er décembre 1737 - Vautorte, à l’âge de 52 ans
Marié le 13 juillet 1702, Saint Denis de Gastines, avec Marie GOBIL (1684-1731)


Meunier au moulin de Gastines

 

Lire la suite: La Famille Goussin - Les Meuniers