Le Montfleaux primitif

La création de MONTFLEAUX remonte à une époque qu'aucun document écrit n'autorise à préciser; sur ce point, la toponymie seule permet de projeter quelque lueur.

 

Si l'on admet que MONTFLEAUX vient de Mons Floaldi, d'où Montflaud par contraction, puis MONTFLEAUX, suivant un très ancien usage, la première syllabe de ce mot indique qu'il existait un mont – minuscule assurément – d'où la vue s'étendait sur ces abords préalablement déboisés; la seconde donne le nom guerrier franc qui organisa là un châtellier, destiné à lui servir de réduit défensif contre d'attaque, et qui s'installa sur un terre-plein adjacent avec sa famille, ses hommes d'armes, ses serviteurs, ses chevaux et bétail.

 

A en juger par la topographie des lieux, ce fortin de pieux et de palissades fut édifié à l'emplacement du château actuel, sur une motte artificielle, obtenue par le creusage de fossés que le détournement du ruisseau voisin avait permis de remplir d'eau courante et qui avait dû servir d'abri en des temps anciens. Cette motte était vraisemblablement une réplique de la motte du hameau aujourd'hui appelé la Censive, qui se trouvait à quelque distance et n'a été rasée qu'en 1900.

 

Dès l'organisation de la féodalité, le successeur du créateur de MONTFLEAUX vit son embryon de seigneurie transformé en un fief mouvant de la châtellerie de Charné-Bazeille (Ernée), et par elle de la baronnie de Mayenne.


 

 

Le château de Monfleaux (début du xxème siècle)

Lire la suite : Le Montfleaux primitif

Au début du XVIème siècle - Jean de FROULLAY

Jean de FROULLAY assure la continuité du nom, fils aîné de Guillaume, reçut en partage avec le château de Monfleaux les deux tiers des fortunes paternelle et maternelle. D'abord gouverneur de la maison du maréchal de Lohéac, il s'attacha ensuite au duc René d'Alençon qui le nomma capitaine de Domfront, poste qu'il conserva sa mort. La duchesse devenue veuve, une sainte personne qui était destinée à être mise sur les autels sous le vocable de la bienheureuse Marguerite de Lorraine, ajouta à cette charge celle de maître de son hôtel, au décès de Guyon Essirard, seigneur de Bonvouloir et Loyauté. C'est lui vraisemblablement qui transforma le château féodal primitif en demeure plus habitable et plus vaste. Il impliqua au cours de son existence à la meubler richement de huit tapisseries de haute-lisse et d'argenterie timbrée aux armes reçues de ses ancêtres, d'argent au sautoir de gueules engoulé de sable. C'est à lui enfin qu'est due de façon certaine la reconstruction d'un château au lieu sis en Couesmes dont il portait le nom. Ce château, modeste par les dimensions, riche par le style, fut incendié accidentellement après sa mort; grâce à l'importance des moellons dont il fut bâti, de beaux restes en subsistent encore aujourd'hui.

 

Malgré ses réussites dans la vie, une chose essentielle pour un homme de son rang manquait à son bonheur. Sa femme était morte sans lui avoir donné de fils – pas même de fille – pour succéder à ses importantes seigneuries. A son frère cadet, Ambroise, marié à une Châteaubriand, était décédé, « sans hoir de son sang »; de même, son autre frère, Michel, époux de Françoise de Bonvouloir; quant à son troisième frère, Guillaume, il n'était pas marié. Les plus importants de ses fiefs risquaient donc d'aller à l'aînée de ses sœurs, puisqu'il n'avait pas de neveu pour en assurer la transmission de mâle en mâle.

 

 

Lire la suite : Au début du XVIème siècle - Jean de FROULLAY

Coup d'œil historique sur Monfleaux en 1789

Remontons un peu le temps afin de nous pencher sur les origines du Château de Monfleaux qui reste un des grands témoins de l'histoire du Bas Maine et l'histoire de France. Dans un premier temps, nous narrons les faits historiques vécus pendant la période révolutionnaires par un des propriétaires du Château de Monfleaux.

 

Le Baron le TONNELIER de BRETEUIL

 

 

Le Baron le TONNELIER de BRETEUIL est né au Château D'Azay le Féron dans l'Indre le 7 mars 1730. Il eut une carrière politique importante puisqu'il fut, sous le règne du Roi Louis XV, Ambassadeur à Stokolm, Naples et Vienne. Louis XV mourut en 1774; Son petit fils Louis XVI, alors âgé de 20 ans, lui succéda sur le trône de France ce fût sous le règne de ce dernier que le baron de BRETEUIL jouera un rôle politique important. Un peu d'histoire pour nous rappeler les faits de cette époque.

 

 

En 1776 le Roi fit confiance à Necker, célèbre financier suisse, qu'il choisit comme Directeur Général des Finances. Ce dernier fit une politique d'économie et voulut réformer l'assiette de l'impôt afin de mieux répartir les charges. Il publia alors son fameux « Compte Rendu au Roi » qui mettait pour la première fois aux yeux du public le budget détaillé des finances du Royaume et qui révélait l'ampleur des pensions versées aux courtisans et natifs du royaume. Ces derniers voulant garder leurs privilèges réussirent à convaincre le Roi de renvoyer Necker; le Roi trop faible accéda à leur demande ce qui provoqua la démission du financier le 19 mai 1781.

 

Lire la suite : Coup d'œil historique sur Monfleaux en 1789

Les seigneurs de Montflaux

  • Isabeau de Montflaux, lègue 6 deniers à l'église de Saint-Denis-de-Gastines, avant 1367 ;
  • Michel de Froullay, marié en 1371 à Jeanne de la Ferrière ;
  • Guillaume de Froullay, mari de Marguerite Le Sénéchal, tué à la bataille de Châtillon, 1453 ;
  • Jean de Froullay, 1486 ;
  • Guillaume de Froullay, mari de Catherine de Chauvigné, 1494 ;
  • Jean de Froullay, marié en 1517 à Catherine de Brée ;
  • Louis de Froullay, qui épouse en 1540 Louise de la Vairie, 1543. Il donne en 1551 à Catherine d'Anthenaise, femme de Jean de Fromentières, les fiefs de la Bas-Maigné ;
  • André de Froullay, qui fonda dit-on, avec Thomasse de la Ferrière, par testament du 6 mars 1616, une collégiale de Saint-Denis-de-Gastines dont on ne trouve nulle mention postérieure. Jean de la Ferrière, son beau-père, malade de la goutte à Montflaux, prête serment de fidélité à Henri IV ;
  • René de Froullay, qui eut dix enfants de Marie d'Escoubleau de Sourdis, entre autres Gabriel-Philippe de Froulay, évêque d'Avranches (1669-1689) ;
  • Charles de Froullay, fils puîné, qui fit la branche des comtes de Froullay, marié à Angélique de Baudéan, fille d'honneur d'Anne d'Autriche, mort le 26 novembre 1671 ;
  • Philippe-Charles de Froullay, mort à 34 ans, en 1696, mari d'Anne de Mégaudais, dont l'alliance lui avait procuré la seigneurie voisine de Marolles[7];
  • Charles-François de Froullay ;
  • Renée-Caroline de Froullay, unique héritière du comte de Froullay, après la mort d'un frère (Charles-Elisabeth de Froullay), 1747, est connue sous le nom de marquise de Créquy, du nom de son mari Louis de Blanchefort de Créquy. Par testament elle laissa Montflaux à Louis-Auguste Le Tonnelier de Breteuil ;
  • Marie-Elisabeth Le Tonnelier de Breteuil, fut la femme de Louis-Charles-Auguste de Goyon, comte de Matignon, dont la fille épousa Anne-Charles-François de Montmorency, duc de Montmorency.
  • Charles Henri d'Etchegoyenest devenu propriétaire de Montflaux par alliance avec la fille de Louis Talleyrand-Périgord, duc de Valençay, qui avait épousé en 1829 Anne-Louise-Alix de Montmorency, morte à Paris en avril 1846.

  • Le châteaux de Montfleaux (entrée)

© 2011 - Généalogie Dyonisienne - Site généalogique de famille - Saint Denis de Gastines (53) - Conception -